Nurserie aérée et lumineuse

Depuis juin dernier, les veaux de Laurence et Alain Rouxel sont élevés dans de nouveaux bâtiments « semi-plein air », spécialement équipés pour le confort de travail des éleveurs et le bien-être des jeunes animaux. Tout le monde y a gagné. Alain Rouxel ne regrette pas le choix du PVC pour les parois des cases. « C’est facile à nettoyer et ce n’est pas froid au contact pour les veaux. »

bâtiment

Les deux bâtiments veaux ont été auto-construits à partir d’une charpente et d’une toiture de récupération. Pour des raisons sanitaires, l’un a été dédié aux veaux mâles (vendus à 3-4 semaines), et l’autre aux génisses.

PersonneUn coin a été aménagé pour le lavage des seaux. Chaque bâtiment dispose également d’un espace dédié au stockage du foin et de la paille.

« L’ouverture facile et rapide des rideaux brise-vent permet de rentrer un big entier »,

expliquent les éleveurs.

Lorsqu’on entre dans les bâtiments des veaux de l’EARL Rouxel, on est surpris par la luminosité. Elle provient de la façade principale, entièrement recouverte d’un bardage brise-vent de couleur beige (voir encadré). L’intérieur est très bien ventilé, sans pour autant sentir de courant d’air :

« C’est important, car les veaux y sont très sensibles », rappelle Laurence Rouxel.

Le profil tout en longueur de ces deux bâtiments (larges de 3,5 m) n’est pas commun.

« La charpente et la toiture ont été récupérées. Nous avons tout démonté et monté nousmêmes, avec l’aide de copains »,

explique Alain Rouxel.

Pour l’aménagement et les équipements, le couple d’éleveurs a été conseillé par Patrick Briens, du Cultivert de Lamballe. La nouvelle installation répond à un double objectif : confort de travail et bien-être des veaux.

Problèmes respiratoires

PersonneDans ces nouveaux bâtiments, lumineux et bien ventilés, les problèmes respiratoires ont disparu et les diarrhées sont beaucoup moins fréquentes.

« Les veaux boivent mieux, ils sont plus dynamiques. Le travail est tellement plus agréable. J’ai retrouvé du goût à m’en occuper »,

sourit Laurence Rouxel.

Jusqu’en juin 2009, les veaux étaient élevés dans un vieux bâtiment en pierres, à proximité immédiate de la maison d’habitation. La concentration des animaux et le manque de ventilation engendraient des problèmes respiratoires.

« Le matin, quand je rentrais dans le bâtiment, ça sentait l’ammoniac et les veaux avaient souvent le dos humide », se souvient Laurence Rouxel. La vaccination préventive systématique contre le RS (virus respiratoire syncytial bovin) n’avait guère amélioré la situation sanitaire. Les vêlages étaient groupés de juin à octobre pour avoir le moins possible de jeunes veaux en hiver.

Du « semi-plein air »

VeauxLes cases collectives ont été équipées d’un râtelier pour le foin et d’un abreuvoir spécial veau, « Babylab », à poussoir.

« Je déconseille les abreuvoirs à flotteur pour les veaux. Ils ont tendance à jouer avec l’eau et à souiller la litière »,

explique Patrick Briens, du Cultivert de Lamballe.

Laurence et Alain Rouxel ont visité plusieurs élevages avant d’opter pour un système « semi-plein-air » pour leurs veaux. Au total, 17 cases individuelles et des cases collectives ont été aménagées en enfilade dans les deux bâtiments. Toutes sont orientées face au brise-vent (Sud-sudest, comme la stabulation des vaches laitières).

Pour séparer les cases individuelles (1×2 m), le couple d’éleveurs a choisi des parois modulables en PVC (40 mm d’épaisseur, 1m20 de hauteur), faciles à nettoyer.

« Je le conseille également pour le bien-être des veaux, parce ce n’est pas froid »,

explique Patrick Briens, du Cultivert.

Le mur du fond, en blocs de béton aggloméré, a également été recouvert de PVC sur une hauteur de 1m40, pour les mêmes raisons.

Une pente de 3% du sol en béton permet l’écoulement des jus vers un caniveau situé au fond de chaque case qui débouche sur un puisard relié à la fosse.

« Le couloir d’alimentation est un peu plus bas que le sol des cases pour que le lait et l’eau distribués ne viennent pas humidifier la litière, explique Alain Rouxel. On cure généralement toutes les 3 semaines. »

Les rideaux brisevent sont alors ouverts pour faciliter le travail.

Personne

Pas n’importe quel brise-vent

« On n’utilise pas le même brise-vent pour un bâtiment veaux et pour un bâtiment vaches laitières », souligne Patrick Briens, du Cultivert.

Les veaux sont beaucoup plus sensibles au courant d’air que leur mère. L’écran au vent devra être plus efficace, tout en assurant une bonne ventilation.

Le maillage du rideau brise-vent (3 m de haut) est plus serré sur la partie basse, pour limiter les courants d’air au niveau du veau. La couleur beige est très lumineuse (comparée au vert).

Personnes

Le rideau brise-vent du bâtiment veaux de l’EARL Rouxel comporte deux maillages différents. Le haut a une efficacité au vent de 95%. Le maillage du bas, sur 1m40, est plus serré (98% d’efficacité au vent) pour limiter au maximum les courants d’air à la hauteur du veau. En y mettant la main à quelques centimètres, on sent bien la différence. La couleur beige apporte beaucoup plus de luminosité que le vert. Le filet brise-vent est monté sur rail et tendu par un système de sangles.

Son ouverture est très facile. Il coulisse en « accordéon » comme un rideau. À la belle saison, il est d’ailleurs ouvert tous les matins.

« Les veaux sont comme en plein air ! »,

expliquent les éleveurs.