Hygiène et confort pour une bonne nurserie

Alimentation, bien-être, hygiène. Les performances d’une laitière sont en partie liées à sa croissance lors de ses premiers mois de vie. D’où l’importance de bien penser la conception et l’aménagement de sa nurserie…

Nurserie

Parce qu’elle conditionne l’état de santé et de bien-être des veaux et génisses, la question du logement ne doit pas être prise à la légère. La température, l’hygrométrie, la lumière, l’absence de courants d’air sont des éléments primordiaux qui vont permettre à l’éleveur de travailler dans de bonnes conditions et à l’animal de croître normalement.  

Hygiène et confort pour une bonne nurserie
Les cases individuelles accueillent les veaux pendant 2 à 3  semaines. Composés d’un caillebotis démontable et d’une structure acier galvanisé et PVC, elles sont très faciles d’entretien. L’écoulement des jus sur la dalle en pente permet de garder la litière propre et sèche.

  

Hygiène

A l’EARL Ar Lann, la nurserie occupe une partie du bâtiment d’élevage, séparée de la stabulation par une cloison à clairevoie. Pour les jeunes veaux, elle compte 7 cases individuelles en acier galvanisé et cloisons PVC. Montées sur caillebotis,

« les cases permettent de garder une litière sèche », indique Brigitte Le Négrate, « et les jus sont évacués directement par une dallenen pente. »

Les cases sont toutes équipées de porte-seaux et de 2 cornadis en face avant. De l’avis de l’éleveuse,

« elles sont pratiques à démonter et à nettoyer, bien plus que les cases en bois que nous utilisions auparavant ».

Pour Sandrine, qui vient juste de rejoindre l’élevage familial,

« les cases individuelles permettent de surveiller facilement les veaux, et c’est bien plus agréable de travailler en intérieur. »

Dès 3 semaines, les veaux rejoignent les cases collectives, de l’autre côté de la pièce. Au nombre de trois, elles occupent chacune une surface de 12 m2, pour accueillir 6 animaux par cases. Chaque case comporte un trottoir d’1,8 m le long des cornadis.

Adaptés à l’encolure des génisses, ils sont tous équipés d’auges porte-seaux. De l’autre côté des cases, les génisses ont accès au foin à volonté, grâce à des barrières obliques.

« Le fait de disposer d’un couloir d’affouragement et d’une table d’alimentation de part et d’autre des cases nous fait gagner un temps précieux »

précise Brigitte Le Négrate.

Calme et bien-être

Très agréable, la nurserie de l’élevage respire le calme et le bien-être. Ici, les bruits de la stabulation sont filtrés par les cloisons à claire-voie. Côté lumière, les panneaux translucides du toit et les deux fenêtre latérales éclairent largement la pièce.

« On a ici une vrai sensation de bien-être »,

confie Fabrice Bernard, du Cultivert de Pontivy.

« C’est calme, sec et silencieux. Ce qui explique probablement la vigueur et la bonne santé visible des génisses de cette nurserie. »

Une nurserie qui va connaître un pic en mai, puisque 18 vêlages sont prévus. Fabrice Bernard conclut :

« Cette nurserie permet d’optimiser la préparation des futures laitières, sur le plan de l’hygiène, de l’alimentation et du bien-être. Elle est également dimensionnée pour pouvoir répondre aux nombreux vêlages de l’élevage. »

Exploitation

  • EARL Ar Lann
  • Moréac (56)
  • 75 VL prim’Holstein
  • 2 poulaillers de canards de chair (1 000 m² et 1 200 m²)
  • 150 ha de SAU (céréales, maïs, colza, haricots)