Lutte contre les mouches

Détruire les larves pour enrayer le cycle

Dans un élevage bovin, la présence de mouches peut rapidement devenir un enfer pour l’éleveur et les animaux.La solution : enrayer le cycle de reproduction de la mouche en combinant un larvicide et un insecticide.



Lutte contre les mouches

Asticot

Nous connaissons la mouche sous sa forme adulte. Elle occasionne des nuisances pour l’homme et les animaux mais comme tout insecte elle passe par quatre stades consécutifs qu’il est utile de mieux connaître. Le cycle de la mouche domestique (musca domestica) est court : 15 jours à 25° de température.

Elle va pondre entre 600 et 2 000 œufs. Quelques heures suffisent pour que l’œuf se transforme en asticot (1 kilo de fumier peut contenir jusqu’à 5 000 asticots), forme qui va durer 7 jours avant la transformation en pupe ou cocon. Encore 7 jours et une nouvelle mouche apparaît.

cycle-mouche

Le cycle de la mouche

Le cycle est bouclé. Il est à noter que plus la température est élevée, plus le cycle se raccourcit, la multiplication peut devenir extrêmement rapide. 90 % des mouches présentes sur un élevage naissent dans cet élevage et à chaque cycle, le nombre de mouches se multiplie de façon irréversible.

Les mouches en élevage bovin

Mouche

Dans les bâtiments d’élevage, toutes les conditions sont réunies pour que les mouches et leurs larves se développent. Température élevée, degré d’hygrométrie et présence quasi permanente de matières organiques favorisent la recrudescence des mouches. Au printemps, les premières chaleurs jouent le rôle de détonateur dans la multiplication des insectes .

Une source de nuisances

A la gêne continuelle des éleveurs s’ajoutent l’inconfort des animaux. Les vaches tapent et décrochent durant la traite, la production laitière peut s’avérer diminuée : jusqu’à moins 10 % dans des cas d’infestations sévères. Les souillures et les salissures sur les sources lumineuses sont le lot de bons nombre d’élevages et par ricochet la présence de mouches dans les maisons d’habitation proches des exploitations laitières.

L’élevage bovin subit en outre chaque été les conséquences de la kérato-conjonctivite, maladie des yeux due à un microbe véhiculé par les mouches qui sucent les sécrétions oculaires des animaux. Les mammites d’été sont également transmises par les diptères.

Le ver à queue : infestation majeure des fosses et des salles de traite

Vers-a-queue
Le ver à queue

La mouche bourdon encore appelée Eristelle est recouverte de poils jaunes et d’ailes transparentes qui lui donnent l’aspect d’une grosse abeille sans dard. Les larves de cette mouche mesurent 3 centimètres, des vers à queue qui se rencontrent dans les milieux liquides riches en déjections animales, fosses, pré-fosses et bassins d’écoulement.
Ces vers à queue migrent vers des endroits secs pour se transformer en cocons, ils envahissent les salles de traite par les canalisations et les regards. L’utilisation régulière d’un larvicide évitera aux éleveurs bien des désagréments.

Traiter l’ensemble des locaux

Stockage de fumier et fosses

D’une manière générale, il faut traiter avec un produit larvicide tous les endroits qui ne sont pas piétinés par les animaux.

S’il s’agit de cases ou de parcs à veaux, de stabulations pour les génisses ou les vaches laitières, il faut traiter la périphérie du bâtiment sur une bande d’une largeur de 50 cm à l’aide d’un arrosoir.

Il est opportun d’atteindre les dessous des abreuvoirs, le pied des poteaux et le pourtour des bacs à eau . Sur les fumières et les fosses à purin, l’utilisation d’un larvicide est à répéter toutes les 6 semaines sur la totalité de la surface.

Maurice Plouhinec
Maurice Plouhinec applique le Neporex dilué à l’arrosoir pour détruire les larves de mouches.
Il est important d’utiliser le larvicide également sur les tas de fumier extérieurs.

Local de stockage du lait

traitement des fumiers extérieur

Il est important d’utiliser le larvicide également sur les tas de fumier extérieurs.

Il est conseillé dans ce local d’utiliser des pièges collants commercialisés sous forme de bobines ou de plaques. L’utilisation d’un désinsectiseur ou d’un destructeur électrique peut s’avérer être un bon complément.

Salle de traite et nurserie Il est fortement conseillé d’appliquer le produit insecticide sur des surfaces propres au-dessus de la partie lavée quotidiennement dans la salle de traite.

Les parois de la nurserie et des parcs d’attente feront également l’objet d’un traitement deux fois durant la saison sur les murs. Il est préconisé de pulvériser le produit insecticide en évitant tout ruissellement pour obtenir une efficacité et une persistance d’action maximale.

Comment se débarrasser radicalement des mouches et de leurs larves ?

  1. INTERVENIR tôt avant les périodes d’infestation massive avec un larvicide.
  2. UTILISER un produit homologué.
  3. NETTOYER le local en le lavant au jet à haute pression pour retirer les salissures et la poussière.
  4. RESPECTER les doses d’insecticide et de larvicide et les dilutions préconisées.
  5. ÉLIMINER les mouches et les moucherons adultes sur le tiers supérieur des murs avec un insecticide avec appât.
  6. MAITRISER les sources de ré-infestation avec un larvicide sur le fumier, les fosses, dans la nurserie ou le parc à veaux.
  7. RENOUVELER cette double application aussi souvent que nécessaire lorsque l’épaisseur du fumier atteint 10 cm de couche.
  8. EN FIN DE SAISON un dernier traitement larvicide élimine les derniers asticots et vers à queue afin de commencer la saison suivante sans risque d’éclosion massive des mouches à l’arrivée des beaux jours.
  9. NE PAS MÉLANGER un désinfectant à une solution insecticide.

Un éleveur et des bêtes calmes

Dans l’élevage de Maurice Plouhinec, le résultat obtenu provient aussi d’une vigilance accrue de l’éleveur et d’une rigueur intense en matière de suivi et d’hygiène. « J’enregistre toutes les applications réalisées sur l’élevage. Je sais ainsi exactement les doses à appliquer pour un résultat efficace.

Bien sûr, cela a un coût. Mais j’y ai gagné en sérénité et en tranquillité. Mes bêtes sont plus calmes et nous aussi.

On évite le stress. » En salle de traite, Maurice a aussi installé un ventilateur pour faire fuir les mouches : « Elles n’aiment pas les courants d’air ». Un meilleur confort au niveau de la traite et une sérénité accrue des animaux et des producteurs passent par l’utilisation combinée d’un larvicide et d’un insecticide dans la lutte contre les mouches en élevage bovin.