Nourrivo

Au Gaec Tromelin à Sizun, Jean-François Riou a installé deux Nourrivo. Cette démarche fait partie d’un plan d’alimentation mis en place pour lui permettre d’inséminer ses génisses à 15-16 mois.

Nourrivo
Jean-François Riou,
associé du Gaec Tromelin
à Sizun avec des génisses d’un an.

Objectif 600 kg à 24 mois

Un lot d’une douzaine de génisses d’un an qui ont bénéficié du Nourrivo depuis novembre.
Elles seront inséminées vers 15 mois.

C’est avant tout le souci de la performance qui a poussé Jean-François Riou à installer deux Nourrivo en novembre dernier. « Le nourrisseur permet une consommation régulière sur toute la journée.

Je pense que cela permet de limiter les effets acidose, coccidiose et assure en même temps une bonne croissance. 8574 Ma souche est canadienne.

Ce sont de bons gabarits qui ont besoin d’une bonne complémentation pour assurer une forte croissance » déclare l’éleveur. L’objectif du Gaec Tromelin est d’obtenir un bon gabarit à 6 mois pour un vêlage à 24 mois.

« A 6 mois nous visons un poids de 220 kg, à 15-16 mois au moment de l’insémination, 450 kg et à 2 ans, 600 kg. D’après les mesures de croissance réalisées, nous allons largement atteindre ces objectifs »

explique Jean-François.

« Cette première année de fonctionnement est très satisfaisante. Nous avons des génisses qui présentent un bel aspect visuel. »

A partir de 4-5 jours

NourrivoL’un des deux Nourrivo installés dans l’élevage. Pas d’animaux autour puisque les vêlages sont groupés et interviennent à l’automne.

Aujourd’hui, pour des questions de bâtiments, le Nourrivo est utilisé pour les animaux de plus de 6 semaines. Dès que le bâtiment aura été aménagé, les veaux bénéficieront du nourrisseur à partir de 4-5 jours.

« Au départ, on donne de l’aliment à volonté mais à partir de 3 mois, la ration est bloquée à 3 kg/jour »

commente l’éleveur.

D’après Jean-François, une demi-journée suffit aux veaux pour s’adapter au nourrisseur.

Vêlages groupés

NourrivoJean-Fraçois Riou et Pierrot Dantec de Triskalia discutent de la croissance des génisses.

En ce mois d’août, il n’y a pas d’animaux autour du nourrisseur. Et pour cause, l’élevage groupe ses vêlages.

« Nous avons fait ce choix en sachant que l’on n’aurait pas le droit à l’erreur en termes de croissance. Nous devons obtenir des lots homogènes. C’est pour cette raison que la croissance des génisses est primordiale. L’utilisation d’un complément riche en protéines est très importante. Sans le Nourrivo, on n’aurait jamais pu distribuer l’aliment Gala qui contient près de 20 % de protéines à raison de 3 kg par jour aux génisses de 3 à 6 mois, par exemple. Contrairement à l’auge, la consommation est étalée dans le temps. On évite ainsi tout problème de diarrhée »

affirme Jean-François Riou.

Longévité

Le Gaec Tromelin souhaite encore aller plus loin dans sa démarche d’optimisation.

« Pour l’alimentation lactée des veaux, nous allons tester le bac mélangeur cette année qui nous permettra de donner un seul repas par jour et des rations plus homogènes en quantité et en température.»

Nous visons aussi la fermeture de la salle de traite l’été prochain. Cet été, nous n’avions que 18 vaches à traire » explique l’agriculteur. L’un des objectifs principaux du Gaec est bien de viser le maximum de lactations par vache :

« A moins de quatre, une vache n’est pas rentable. Nous visons la longévité de nos animaux avec six lactations par vache. »