Géomembrane : une réserve lagunaire sur mesure

Daniel et André, deux frères associés au sein du Gaec Pépinières Messager, ont décidé de créer une réserve lagunaire pour répondre à leurs besoins d’irrigation. Une installation qui a été largement mise à profit lors de ce bel été 2013.

Photo 1
La réserve lagunaire du Gaec pépinières Messager comprend un bassin d’orage en hauteur de 1 400 m3 servant de volume tampon et un grand bassin de 14 200 m3 dont 3 500 m3 de garde

À St-Martin-des-Champs (22), près de Morlaix, le Gaec Messager est spécialisé dans la production d’arbres et d’arbustes d’ornement, de plants de haie et d’arbres fruitiers. Les deux frères, Daniel et André, ont créé leur pépinière il y a 20 ans et se sont agrandis au fil du temps. Ils emploient aujourd’hui 8 salariés à l’année et produisent des plants sur 35 ha. 8 ha sont consacrés aux cultures en pots sur des aires et le reste aux plants cultivés en plein champ, comme le buis par exemple. Toutes ces cultures demandent de l’eau de qualité en quantité.  Après un agrandissement en 2012, les producteurs ont décidé de créer une réserve lagunaire pour subvenir à leurs besoins.

« Nous avons créé 2 ha de cultures hors-sol supplémentaires en 2012 et nous savions que nous aurions besoin de plus d’eau. C’est pour cette raison que nous souhaitions une nouvelle réserve. Auparavant, nous avions déjà une réserve de 5 000 m3 et un forage, mais ça n’aurait pas suffit lors d’étés secs comme celui-ci »

précise André.

En amont de la réalisation, Daniel et André ont fait appel à Andrée Salou de la Chambre d’agriculture afin de monter le dossier de demande à déposer auprès de la DDTM. 14 200 m3 de réserve Une fois l’autorisation obtenue, les producteurs retiennent l’offre de Pierre Leroy, technicien au Cultivert de Lesneven et le chantier peut démarrer.

« Il y avait un gros travail de terrassement, le terrain étant en pente. Nous avons confié cette mission à Loussot TP qui connaît bien notre exploitation. »

Deux bassins ont été créés : un bassin d’orage de 1 400 m3 est en effet implanté en surplomb de l’autre.

« Il fait tampon et sert à décanter l’eau. C’est un filtreen quelque sorte »

précise Pierre Leroy.

La nouvelle réserve fait 10 700 m3 utiles avec un volume total de 14 200 m3, la différence correspond à une garde de 3 500 m3, obligatoire en cas d’orage.

« Toutes les aires de cultures sont drainées, collectées et récupérées dans la réserve tout comme les eaux pluviales qui tombent sur les serres et les bâtiments de l‘exploitation. Les eaux sont recyclées, on fonctionne en circuit fermé. En période estivale, il n’y a plus aucune fuite à la rivière »

affirme André.

Garantie décennale La géo-membrane a été posée par le partenaire de Cultivert, la société Diva Plastiques.

« C’est une géomembrane en PVC PVC.P 10/10 (1 mm d’épaisseur ) certifiée asqual qui bénéficie d’une garantie décennale. Avant la pose, le technicien valide le terrassement qui doit répondre à un certain nombre d’exigences, comme le drainage par exemple. Ensuite, la pose est faite avec plusieurs panneaux préfabriqués sur mesure et qui sont soudés sur place avec une machine spécifique. Sous la géomembrane, on met en place, pour sa protectionun géo-textile antipoinçonnant. On vient finaliser l’installation avec un grillage d’une hauteur de 2 m pour répondre aux normes de sécurité »

explique Pierre Leroy.

Posée en octobre 2012, la réserve était pleine en décembre. Les pépiniéristes ont ensuite installé une pompe de relevage au printemps 2013 et puisé dans leur réserve tout l’été qui s’est avéré très sec.

« Nous sommes vraiment très satisfaits de notre réserve lagunaire, elle est arrivée à point nommé. C’était un gros chantier, parfois compliqué entre le dossier de déclaration et un terrassement difficile, mais au final le résultat est très bien. Nous disposons d’une réserve lagunaire conçue dans le respect des règles et qui nous permet de voir sereinement l’avenir »

conclut André Messager.

Réserve d’eaux pluviales : les règles à connaître

Pour toute réserve supérieure à 100m2, ou lorsque le talutage dépasse les 2 m au-dessus du niveau du sol ou une profondeur de 2 m, une déclaration préalable aux travaux en mairie est obligatoire : Délai de réponse : 1 mois.

Pour toute réserve supérieure à 1 000 m2, il faut réaliser une déclaration (dossier complet) auprès de la DDTM afin de respecter la loi sur l’eau. Une étude de sol doit également être réalisée.

Si le bassin versant collecté fait plus de 10 000 m2, il faut compléter par une déclaration de rejet d’eaux pluviales. Délai de réponse : 2 mois.

Une protection doit isoler l’aménagement comme un grillage de 2 m.

Tous les ans, les irrigants doivent faire une déclaration à l’Agence de l’Eau Loire Bretagne.

Au titre des subventions, certains conseils généraux donnent des aides pour les installations de recyclage d’eau. France Agrimer peut également subventionner ces investissements.

Pour plus d’information, vous pouvez contacter votre Chambre d’agriculture.

Photo 2
De gauche à droite : Daniel Messager, Pierre Leroy de Cultivert, André Messager et Maxime, le fils de Daniel.

Découvrez les différentes étapes de la pose et les nombreux avantages de ce système de stockage d’effluents ou d’eau : la géomembrane.