Un bâtiment génisses lumineux et pratique

Pour regrouper ses génisses réparties sur différents sites, Sandrine LE NEGRATE a choisi de construire un nouveau bâtiment. 1 an de réflexion, 8 mois de construction, les génisses disposent désormais d’un environnement parfaitement adapté à leur croissance.

Les génisses de l’EARL Ar Lann étaient élevées dans 3 bâtiments vieillissants avant de rejoindre les laitières dans une 4ème structure. En 2017, Sandrine Le Negrate se lance dans la construction d’un nouveau bâtiment. L’objectif : regrouper toutes ses génisses sur un seul et même site afin de gagner en efficacité de travail.

“Ici, j’ai tout sous la main, y compris la mélangeuse. Je gagne donc du temps mais aussi en performances car j’ai moins de gaspillage”, confie l’éleveuse.

Elle contacte Fabrice Bernard, son conseiller Cultivert pour répondre à ses attentes. Il s’appuie sur Ronan Castrec, concepteur bâtiment Eureden, afin de réaliser des plans et l’aider dans l’administratif.

“Je souhaitais un bâtiment avec une surface d’aire paillée et de place à l’auge parfaitement proportionnées au nombre de génisses par box, ainsi qu’un couloir arrière de paillage et d’accès au foin “, souligne Sandrine.

Un accès à l’auge adapté à la croissance

L’aire paillée s’étend sur 7,80 m de profondeur et 60 m de long pour 10 box. Chacun peut recevoir 9 génisses regroupées par lot d’âge : de 5 mois jusqu’à l’insémination. Le quai bétonné s’élargit avec l’âge (de 1,40 à 2 m) et le muret d’auge est réduit de 10 cm en hauteur pour les jeunes animaux. Le système de cornadis Confort SRS est également ajusté en hauteur à la taille des génisses au fil de leur croissance, tout comme le réglage à l’encolure. L’objectif est de faciliter l’accès à l’auge afin de favoriser une bonne croissance, en toute sécurité, et limiter le gaspillage.

Pas de poteau central

Les tubulaires sont conçus et aménagés pour optimiser le temps de travail de l’éleveuse.

Une particularité de ce bâtiment réside dans l’organisation de ses tubulaires :

“il n’y a pas de poteau central entre les box”, souligne Fabrice.

Cet aménagement apporte un gain de temps à l’éleveuse. Une fois les barrières ouvertes, l’ensemble du bâtiment est très simple à nettoyer. Il faut compter 1 mètre de barrière jumelée pour faire fonctionner le système, soit 9 mètres dans le cas de l’EARL Ar Lann.

“Le coût en tubulaire n’est pas beaucoup plus élevé et on gagne sur la maçonnerie qu’on réaliserait sous le poteau central pour le maintenir durablement”, confie Ronan.

Des poteaux de charpente sont installés à l’arrière du quai afin de fixer les barrières. Parfaitement adapté et résistant aux génisses, ce système sans poteau central ne conviendrait en revanche pas aux taurillons.

Optimisation de l’aération

“La luminosité ainsi que l’aération du bâtiment sont deux points auxquels je portais une grande vigilance lors de ma réflexion de la conception du bâtiment”, déclare Sandrine.

Ainsi, la surface de la toiture avec un faitage pare vent / pare pluie est recouverte de 10 % de panneaux translucides :

“référence reconnue et approuvée pour l’apport d’une bonne luminosité en élevage bovin “, justifie Ronan.

Les portails électriques translucides Celloplast complètent l’aération et la luminosité de la construction en plus d’être un atout au quotidien.

“Je peux ouvrir les portails depuis le tracteur grâce à la télécommande et gagne alors en confort et en efficacité dans mes tâches”, rappelle Sandrine.

Le bardage bois en pose ajourée claire-voie est présent sur les 4 faces du bâtiment. Il apporte une ventilation optimisée et une luminosité naturelle au bâtiment en plus de son aspect esthétique et de sa parfaite intégration paysagère.

” Le tout bois représente le meilleur rapport qualité/prix pour l’isolation du bâtiment”, affirme Ronan.

Sur la face Sud Sud-Est, le bâtiment est totalement ouvert sur la partie haute afin de favoriser l’aération et est protégé par un filet anti-oiseaux. Un auvent empêche l’eau de pluie de pénétrer dans le bâtiment et protège les niches à veaux placées à l’extérieur et orientées vers le bâtiment.

Sandrine Le Negrate (au centre) a contacté Fabrice Bernard (à gauche), de Cultivert, pour l’accompagner dans la conception de son bâtiment génisses. Ronan Castrec, (à droite) Eureden, a apporté son expertise dans la conception de bâtiment.

EARL Ar Lann

100 vaches laitières Prim’Holstein
90 génisses
1 million litre de lait
2 robots de traite Lely
2 poulaillers de 2 200m2
183 ha de SAU (70 ha de maïs dont 45 en ensilage, 60 ha de céréales, 28 ha d’herbe, 15 ha de haricots et 10 ha de betteraves)