Des équipements innovants : du plan à l’aménagement

Un manque de places, un défaut de praticité, les 3 associés du Gaec de Ville es Briand, dans les Côtes d’Armor, construisent un nouveau bâtiment en 2012, regroupant tout le bloc lait. Pour la réalisation de ce projet, ils ont fait confiance à Triskalia

Bâtiment

triskalia_14_06_13_1_0

« Notre objectif, ramener tout le lait sous le même toit. C’est chose faite depuis la construction, en avril 2012, de notre nouveau bâtiment regroupant les génisses et les 120 laitières »,

affirme Philippe Lemoine, associé au sein du Gaec de Ville es Briand à Languenan (22), avec sa femme, Martine, et Stéphane Legac.

Le projet a mûri fin 2011, après la visite de plusieurs élevages équipés de bâtiments similaires :

« ce fût l’occasion de voir divers aménagements possibles, les racleurs et les logettes, mais aussi de réfléchir à un système pour le fumier »,

poursuit Philippe.

Les éleveurs ont choisi d’être accompagnés par Triskalia, des plans du bâtiment jusqu’à l’aménagement intérieur. 700m3 de béton, en un seul tenant

« Il aura fallu près de 700m3 de béton pour construire ce bâtiment, qui s’articule en 3 parties : la contention, avec 4 boxes d’isolement de 25m2, la partie génisses et la partie vaches laitières, comptant 176 logettes en tout. Au bout du bâtiment, une fumière de 30 x 18 m, avec chute »,

indique Patrick Briens, du Cultivert de Lamballe.

100 m de long par 23 m de large, il a été construit dans le prolongement d’un bâtiment existant, utilisé pour les taurillons :

« tous les animaux nés sur l’exploitation y sont élevés »,

précise l’éleveur.

Équipements innovants

Le bâtiment est traversé par 2 racleurs électriques à chaînes, modèle Houle. La table d’alimentation est constituée de travées de 6 m (8places), avec 4 passages d’homme ; les éleveurs y ont installé des cornadis anti-bruit et limiteurs de pendaison.

« Anciennement en aire paillée, nous avons opté pour un système avec logettes pour des questions d’hygiène et de santé de la mamelle.Sur les conseils de notre technicien Cultivert, notre choix s’est porté sur le modèle Bien-être, sans poteaux intermédiaires, pour un confort supérieur »,

relate Philippe.

Les logettes sont réparties en 3 rangées, séparées par 2 barrières, avec un accès au couloir avant pour disposer la paille.

« Des murs bétonnés sont situés en bout de logettes, afin de délimiter un passage d’une largeur de 3m60, et ainsi optimiser la circulation »,

ajoute Philippe.

Lors de la réalisation des plans, Hervé Josselin (BCEL Ouest) a su tenir compte des contraintes d’équipements et répondre aux attentes précises des éleveurs.

Bonne ambiance

En matière d’ambiance, là encore, les choses ont été bien pensées pour garantir les meilleures conditions d’élevage. Philippe explique :

« 2 rangées de tôles translucides parcourent le toit de bout en bout pour laisser passer la lumière naturelle. Nous avons aussi choisi un éclairage à induction. »

Pour limiter les courants d’air et protéger des intempéries, un filet-brise vent (EB 95) de 84 m, a été récemment installé au niveau des cornadis.

« Un système motorisé permet de l’ouvrir pour aérer et laisser passer la lumière lors des journées ensoleillées »,

précise Patrick Briens.

Celui-ci est installé sur un bardage, construit devant la table d’alimentation pour corriger la pente naturelle de 1,2 cm/m de bâtiment. Enfin, les éleveurs ont opté pour 2 portes Winch de 5 m et 1 porte Tornado de 10 m, toutes motorisées avec télécommande, pour faciliter le passage du tracteur. Pratiques et esthétiques, ces portes beiges sont en harmonie avec le bois du bâtiment et laissent passer un maximum de lumière.

Des éleveurs satisfaits

« Depuis la mise en route en octobre dernier, nous avons moins de mammites. L’hygiène et le bien-être des animaux ont été améliorés et nous gagnons du temps à la traite »,

souligne Philippe.

Avec un bon niveau d’étable, le troupeau de l’élevage Ville es Briand tourne bien et se plaît dans ce nouvel environnement.

« Ce que nous apprécions particulièrement, c’est la vue d’ensemble sur tous les animaux. Il est très agréable de travailler dans ce nouveau bâtiment, qui allie confort et hygiène pour tous »,

conclut l’éleveur.

Logettes dernière génération

Leur choix s’est porté sur le modèle Bien-être de chez Cosnet, fixé au sol, en ligne auto-portante, sans poteaux intermédiaires pour un plus grand dégagement. Les vaches sont plus à l’aise pour se lever. La barre au garrot se situe à une hauteur d’1m20. Les éleveurs ont également prévu un accès à l’avant des logettes :

« La paille est stockée au nez des vaches ; il faut compter 40 min pour pailler les 120 logettes, à la pailleuse, 2 fois par semaine », affirme l’éleveur.

Pour des raisons économiques, une majorité du bâtiment a été réalisée en auto-construction (bardage et maçonnerie) à l’exception de la charpente.