Mise aux normes bien-être

Tous les élevages porcins devront être aux normes bien-être le 1er janvier 2013. Bruno Hélo à Cléguer a opté pour des cases en tubulaire en vis à vis avec bat-flanc.

Robustesse et transparence

« Quand nous avons commencé à réfléchir au projet de mise aux normes bien-être, nous nous sommes fixés deux règles : optimiser l’existant et éviter le béton, trop lourd à notre goût »

déclare Bruno Hélo, éleveur de porcs installé à Cléguer dans le Morbihan avec son frère Mickaël et sa mère, Martine. Les éleveurs vont faire appel à Alain Bily du Cultivert de Pontivy :

« Lorsqu’un éleveur nous contacte, nous essayons de lui apporter la solution la plus adaptée à sa situation, dans le respect de ses choix d’organisation de travail. L’objectif est d’allier économie, efficacité, respect des normes et satisfaction de l’éleveur. »

« Alain nous a emmenés dans un élevage de la Sarthe dont le modèle nous a séduits. Le calme qui régnait dans ce bâtiment qui contenait 600 coches nous a convaincus de la solution retenue par l’éleveur. Tout était en tubulaire avec des réfectoires en vis à vis. Il y avait donc une visibilité totale pour l’éleveur mais aussi pour les truies »

explique Bruno

Nez à nez

Porc - Mise aux normesLe technicien bâtiment de Triskalia a conçu un plan pour réaménager le bâtiment existant qui comptait 150 places en stalles bloquées. Le nouveau plan répartit 130 places dans ce bâtiment et 24 places pour les cochettes dans un autre. Le principe : des cases de 7 ou 8 places pour s’adapter aux bandes de 35 truies. Ces cases sont en vis à vis, les truies sont donc nez à nez.

« C’est un système qui comporte plusieurs avantages »

explique Bruno.

« D’abord, il permet que les truies se voient, elles se sentent mieux, ça joue sur leur comportement. Ensuite, cela nous permet de simplifier la distribution de la soupe. Nous n’avons monté qu’une seule ligne de machine à soupe et avons couplé deux vannes par auge. »

Le choix du tubulaire a joué aussi dans la décision des éleveurs.

« Nous commercialisons un matériel très robuste de la marque Aco Funki qui, en outre, donne un bel aspect fini et est très facile à monter. L’ensemble est fixé au sol avec des fixations pleines et des poteaux raidisseurs de sections importantes viennent rigidifier les cloisons. Ces dernières sont mi-tôlées mi-ajourées pour permettre aux truies de se coucher plus facilement contre »

commente Alain Bily.

Les auges doubles, quant à elles, sont en béton résine et les bat-flanc en tubulaire avec des plaques en Trespa (PVC haute densité).Porc - Mise aux normesPorc - Mise aux normes
L’utilisation du tubulaire permet de garantir une bonne vision du cheptel dès l’entrée dans le bâtiment.
Plutôt que des passages d’homme, l’éleveur a choisi des portes. Elles s’ouvrent très facilement et se referment toutes seules.

Une seule ligne de distribution

Porc - Mise aux normes

Les cases étant en vis-à-vis, une seule ligne de distribution a été installée avec deux vannes par auge.
Côté installation, l’éleveur avoue que le premier montage est le plus difficile.

« Ensuite, ça va de plus en plus vite. C’est impossible de se tromper avec un plan qui comporte le positionnement de chaque barrière, chaque poteau… »

affirme Bruno.

« Maintenant que c’est fini, nous sommes vraiment impressionnés par le changement. C’est beaucoup mieux qu’avant : les truies sont plus calmes, il n’y a pas de bagarres. Il y a moins de travail puisque je n’ai plus le grattage des couloirs vu qu’il n’y a plus d’éclaboussure d’aliment : je les nettoie une fois par semaine seulement. »

La circulation des animaux a également été optimisée en amont pour permettre à l’éleveur de sortir une truie si nécessaire sans savoir à ouvrir plus d’une case.

Plusieurs matériaux

L’éleveur a choisi trois types de matériaux : le tubulaire, le béton résine pour les auges et le Trespa (PVC haute densité) pour les cloisons des bat-flancs.

De son côté, le technicien a mis tout en œuvre pour répondre au producteur :

« Au Cultivert, nous sommes aptes à proposer plusieurs types de matériaux et même de les mélanger entre eux. C’est ce qu’on a fait ici. Dans tous les cas, nous sommes très vigilants sur la qualité et la robustesse des matériaux. On ne s’arrête pas là. Si le plus souvent l’éleveur installe lui-même son matériel, nous sommes présents à ses côtés pour le conseiller dans la mise en place et assurons le suivi de chantier. »

 

Les normes bien-être des truies gestantes

  • 1,64 m2 par cochette
  • 2,25 m2 par truie
  • S’il y a moins de 6 truies, augmenter de 10 %.

Exploitation

  • Gaec Hélo à Cléguer
  • 3 associés : Martine, Mickaël et Bruno Hélo
  • 270 TNE
  • Sevrage 21 jours
  • Génétique : alf